La Convention Collective du Portage Salarial : Tout ce que vous devez savoir

Le monde du travail évolue rapidement, et la flexibilité est de plus en plus recherchée aussi bien par les employeurs que par les salariés. Le portage salarial apparaît alors comme une solution adaptée à cette demande croissante. Mais quelles sont les règles encadrant cette pratique ? Cet article vous présente la Convention Collective du Portage Salarial, qui régit les droits et obligations des parties prenantes dans cette relation professionnelle.

Qu’est-ce que le portage salarial ?

Le portage salarial est une forme d’emploi permettant à un professionnel, généralement un consultant indépendant ou un expert dans son domaine, de bénéficier du statut de salarié tout en conservant sa liberté d’exercer ses missions auprès de clients. Il s’effectue via une société de portage salarial, qui prend en charge la gestion administrative, juridique et financière des contrats. Le professionnel conserve ainsi une totale autonomie dans la réalisation de ses missions, tout en bénéficiant des avantages sociaux liés au statut de salarié.

Les principales dispositions de la Convention Collective du Portage Salarial

La Convention Collective Nationale (CCN) du portage salarial, signée le 22 mars 2017, est applicable depuis le 1er juillet 2017. Elle couvre l’ensemble des entreprises de portage salarial et définit les droits et obligations des sociétés de portage, des salariés portés et des entreprises clientes. Voici quelques-unes des dispositions principales :

A découvrir aussi  Conditions de recevabilité de l'assignation en liquidation judiciaire : ce qu'il faut savoir

  • La durée minimale d’ancienneté pour être éligible au portage salarial est fixée à 3 ans
  • Les sociétés de portage doivent garantir une rémunération minimale aux salariés portés, indexée sur le Salaire Minimum de Croissance (SMIC)
  • Les frais professionnels engagés par le salarié porté sont pris en charge par la société de portage
  • Le salarié porté bénéficie d’un droit à la formation continue et d’un accompagnement personnalisé

Les avantages du portage salarial selon la Convention Collective

La CCN du portage salarial apporte plusieurs avantages aux professionnels qui choisissent cette voie :

  • Sécurité sociale : le statut de salarié permet au professionnel porté de bénéficier de l’ensemble des protections sociales liées à ce statut (assurance maladie, retraite, chômage, etc.)
  • Rémunération garantie : la convention collective prévoit un seuil minimal de rémunération pour les salariés portés, assurant ainsi un niveau de revenu décent et sécurisant
  • Frais professionnels pris en charge : les dépenses liées à l’exercice des missions du professionnel sont remboursées par la société de portage, ce qui facilite la gestion financière quotidienne
  • Droit à la formation : le salarié porté a accès à des formations pour développer et maintenir ses compétences, ce qui est essentiel dans un contexte professionnel en constante évolution

Les obligations des entreprises de portage salarial

La Convention Collective du Portage Salarial impose également certaines obligations aux sociétés de portage :

  • Elles doivent veiller au respect des conditions d’accès au portage salarial (ancienneté, niveau de qualification, etc.)
  • Elles sont tenues de fournir aux salariés portés un contrat de travail conforme aux dispositions légales et conventionnelles
  • Elles ont l’obligation d’assurer un suivi régulier et personnalisé des salariés portés, notamment en matière de formation et d’évolution professionnelle
A découvrir aussi  Les clés du succès pour ouvrir une franchise : guide étape par étape

Pour choisir une entreprise de portage salarial, il est donc essentiel de vérifier qu’elle respecte bien ces obligations et qu’elle adhère à la CCN du portage salarial.

Ainsi, la Convention Collective du Portage Salarial offre un cadre légal sécurisant pour les professionnels souhaitant exercer leur activité en toute autonomie tout en bénéficiant du statut de salarié. Elle garantit également une protection sociale et une rémunération minimale pour les salariés portés, tout en imposant des obligations aux sociétés de portage pour assurer la qualité et la pérennité du dispositif.